Fast fashion : Le docufilm qui sensibilise sur la finance éthique

On l’appelle la « fast fashion » et c’est un modèle économique, une stratégie d’entreprise. Elle a été adoptée par les grandes industries de la mode depuis les années 80 et leur a permis de multiplier leurs collections de manière exponentielle. Chaque entreprise avait l’habitude d’en produire quelques-uns par an. Il y en a maintenant 52, y compris les lignes spéciales et les partenariats avec des marques spécifiques.

Mais la fast fashion a aussi permis de baisser drastiquement les prix. Un fait positif ? Malheureusement non, car pour obtenir ce résultat les marques  » coupent  » sur l’élément qui affecte le plus le prix des vêtements : le coût de la main d’œuvre. Et les droits des travailleurs : il y a plus de 50 millions de personnes dans le monde, presque toutes des femmes, employées dans le secteur du textile-habillement. Avec des salaires qui leur permettent à peine de survivre.

Les ailes ne sont pas à vendre, est un docufilm qui explore ce modèle de production et de consommation non durable. Écrit et réalisé par Paolo Campana, avec la supervision artistique de Sara Conforti, il est disponible à partir du 29 mars sur la plateforme Streen.org. Le film est l’histoire d’un voyage d’un an qui a impliqué des étudiants de plusieurs écoles secondaires et académies. Dans lequel les filles et les garçons ont pu réfléchir sur le phénomène de la fast fashion.

Les ailes d’Icare réinterprétées

Un exercice d’art et de militantisme qui combine des entretiens avec des militants et des experts avec l’aspect onirique et la recherche esthétique menée par les jeunes à partir de leurs propres vêtements. Dans sa composante artistique, le film réinterprète le mythe d’Icare et suit la voix narrative de Dédale, qui est à la recherche de son fils, perdu dans le monde de la consommation effrénée. Un voyage qui permet aux étudiants de réfléchir à ce qui se cache derrière les vitrines scintillantes des marques de mode.

Les ailes ne sont pas à vendre

FAIR, en collaboration avec hòferlabproject, a promu une série d’ateliers approfondis dans quatre instituts à Milan, Gênes, Foggia et Turin, suivis de deux master classes à Gênes et Turin. Qu’est-ce qui nous pousse à une consommation exagérée de vêtements ? L’achat – souvent compulsif – de vêtements et d’accessoires dont nous n’avons pas vraiment besoin ? Et qui finissent souvent dans les décharges sans presque être utilisés ? « La société transforme les désirs en pulsions », explique le psychiatre Ugo Zamburru. Selon qui « les désirs sont un chemin et contribuent à la définition de notre identité. Une impulsion, au contraire, est une satisfaction immédiate, une perte de contrôle. Il n’a rien de constructif« .

Le meilleur de la finance éthique et de l’économie durable

Le labyrinthe exploré dans le film « Les ailes ne sont pas à vendre » passe aussi par les lieux de la fast fashion : magasins, entrepôts, usines. Les rythmes de travail sont infernaux. Les gens travaillent debout, marchent pendant des heures, soulèvent des poids. Les samedis et dimanches n’existent pas.

« Plus on descend dans la chaîne d’approvisionnement, plus les conditions de vie des travailleurs et travailleuses se dégradent« , souligne Deborah Lucchetti, coordinatrice nationale de la campagne « Clean Clothes ». La production continue de nouvelles collections et les ventes à bas prix imposent aux travailleurs du textile des rythmes de travail inhumains pour des salaires de misère. Horaires épuisants, violences physiques et psychologiques, heures supplémentaires non rémunérées, liberté d’association bafouée. C’est sur ce système malsain que repose la fast fashion. En outre, en tant que dernier maillon d’une chaîne de pouvoir fortement déséquilibrée en faveur des marques clientes, les travailleuses paient aussi, dans une large mesure, la facture de la crise.

Sans oublier que ce modèle de production et de consommation est également non durable d’un point de vue environnemental. Le secteur textile utilise de grandes quantités d’eau, de ressources non renouvelables et de produits chimiques nocifs. Et il émet au total 1,2 milliard de tonnes d’équivalent CO2 chaque année.

De la sensibilisation au changement de système

Au cours de la dernière décennie, la prise de conscience de cette non-durabilité a conduit au développement de certaines innovations dans les processus de production, en vue principalement de la circularité, de l’économie des ressources et de l’extension du cycle de vie des produits. Cependant, pour les promoteurs de la Campagne Vêtements Propres, tout cela ne suffit pas : il faut avoir un impact plus rapide et plus étendu sur les fondements mêmes du modèle économique. En particulier sur la consommation et la production excessives, par un changement de système. De paradigme.

Une demande de changement qui émane des jeunes qui ont participé aux quatre ateliers et aux deux masterclasses proposés par FAIR en collaboration avec le projet hòferlab. Les jeunes étudiants impliqués ont discuté des achats, de la consommation critique et du respect de l’environnement. Et dans le film, disponible sur la plateforme Streen.org, ce parcours est raconté en faisant des filles et des garçons les protagonistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *