Évolution de la structuration nationale dans l’enseignement supérieur et la recherche

Le cadre de coopération entre les différentes structures documentaires de l’enseignement supérieur et de la recherche a été profondément transformé ces dernières années, en lien avec l’évolution de l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le territoire national.

Depuis la loi n°2013-660 du 22 juillet 2013, il revient à un seul établissement (EPSCP – établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel)  de coordonner les stratégies de recherche sur chacun des 25 sites universitaires et de recherche français. Cette organisation territoriale peut être sanctionnée par la création d’un nouvel établissement issu d’une fusion, par la participation à une Communauté d’universités et établissements (COMUE), ou par l’association d’établissements ou d’organismes à un EPSCP.

Les contrats de site constituent le principal instrument de régulation territoriale entre l’État et l’ensemble des regroupements d’établissements. Ils peuvent comporter une dimension documentaire, notamment dans le volet commun qui correspond au projet partagé entre les acteurs d’un même territoire, pouvant se traduire pour le site par un schéma directeur de la documentation. Ces engagements se font dans le cadre de régions dont les contours aussi bien que les compétences ont été redessinés.

Ces transformations, qui sanctionnent un contexte d’autonomie renforcée des établissements universitaires, obligent à repenser les conditions d’une coopération locale et nationale dans la diffusion de l’information scientifique. Collex-Persée vise à offrir un nouveau cadre de coordination dans les politiques documentaires en prenant acte de ces évolutions administratives. Cela doit se traduire par l’articulation d’une dynamique de réseaux, notamment disciplinaires, avec les structurations territoriales à l’œuvre, en identifiant les bibliothèques capables d’être porteuses de projets de site.